Le laboratoire MSD annonce le lancement du traitement KEYTRUDA® dans quatre nouvelles indications

MSD continue de transformer la prise en charge des patients atteints de cancer en France.

Le 14 janvier 2020, le laboratoire a donné sa première conférence de presse de l'année afin de présenter aux journalistes les quatre nouvelles indications de son traitement d'immunothérapie KEYTRUDA® lancées dans les cancers du poumon, de la vessie, du mélanome adjuvant et lymphome de Hodgkin*.

Après avoir trouvé un accord avec le Comité économique des produits de santé (CEPS), le traitement est désormais accessible aux patients touchés par ces cancers.

(*CBNPC métastatique 1L : en association avec une chimiothérapie pemetrexed et sel de platine dans le traitement de première intention des patients adultes atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules, métastatique, non épidermoïde, dont les tumeurs ne présentent pas de mutation d’EGFR et d’ALK, indépendamment du taux d’expression du PD-L1 ;

Carcinome urothélial : en monothérapie dans le traitement des patients adultes atteints d’un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique ayant reçu une chimiothérapie antérieure à base de sels de platine ;

Mélanome adjuvant : en monothérapie dans le traitement adjuvant de première intention des patients adultes atteints d’un mélanome de stade III avec atteinte ganglionnaire ayant eu une résection complète, indépendamment du statut tumoral au regard de la mutation BRAF ;

Lymphome de Hodgkin : en monothérapie dans le traitement des patients adultes atteints d’un lymphome de Hodgkin classique (LHc) en rechute ou réfractaire après échec d’une greffe de cellules souches (GCS) autologue et d’un traitement par brentuximab vedotin (BV), ou inéligibles à une greffe et après échec d’un traitement par BV.)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire