4 nouvelles indications pour LYNPARZA®

Ce jeudi 4 mars 2021, les laboratoires MSD et AstraZeneca annoncent plusieurs avancées majeures relatives à LYNPARZA® (olaparib), avec en premier lieu la nouvelle indication et prise en charge de cet inhibiteur de PARP dans le cadre d’un dispositif post-ATU de cohorte, lorsqu’il est prescrit en association avec bévacizumab, dans le traitement d’entretien des femmes atteintes d’une forme avancée de cancer de l’ovaire associé à un défaut de recombinaison homologue (HRD+), défini par une mutation des gènes BRCA1/2 et/ou une instabilité génomique.

Parmi les autres avancées, LYNPARZA® (olaparib) a récemment obtenu une prise en charge dans le cancer de l’ovaire avancé de haut grade en monothérapie ainsi que 3 nouvelles indications dans le cancer du sein métastatique (également pris en charge), dans le cancer de la prostate métastatique résistant à la castration présentant une mutation BRCA 1/2 et le cancer du pancréas métastatique chez les patients présentant une mutation BRCA.

Par ailleurs, une nouvelle étape est franchie avec la recherche du statut HRD (déficit de recombinaison homologue) permettant, dans la prise en charge du cancer de l’ovaire avancé de haut grade, d’identifier les 50% de patientes les plus susceptibles de bénéficier d’un traitement personnalisé par inhibiteur de PARP, tel que LYNPARZA® (olaparib).

À la suite de résultats positifs dans plusieurs essais de Phase III, LYNPARZA® (olaparib) a ainsi démontré un bénéfice important dans ces différents cancers liés à des déficits de la réparation de l’ADN, suscitant un véritable espoir pour les patients concernés.

Les commentaires sont fermés.